Brèves de France - 15 mai 2015 [es]

Culture - ACTe, 1er centre culturel dédié à l’esclavage dans les Caraïbes

Le Président François Hollande a inauguré, dimanche 10 mai en Guadeloupe, le Centre Caribéen d’expressions et de mémoire de la traite et de l’esclavage. Baptisé Mémorial ACTe, il s’agit du plus grand édifice au monde dédié à l’esclavage.

JPEG

Une exposition permanente présente, dans le premier des deux bâtiments, des objets patrimoniaux, des projections audiovisuelles, des pièces muséales et des œuvres contemporaines pour donner à voir l’histoire de l’esclavage. Le second bâtiment offre un espace pour accueillir des conférences, congrès et événements artistiques, avec une capacité de plus de 250 places.

Il dispose également d’un jardin panoramique, ainsi que d’un espace pour des expositions temporaires, d’une médiathèque et d’une bibliothèque. Les documents et ouvrages du fonds concernent la traite d’esclaves et l’art contemporain. ACTe est donc à la fois un musée et un centre de recherche construit autour d’un axe de réflexion clair : dénoncer toutes les formes passées et présentes d’esclavage, créer un espace ouvert contre toutes les oppressions et mettre en valeur les combats en faveur des libertés.
300 000 visiteurs sont attendus chaque année à partir de son ouverture, le 7 juillet prochain.

Pour en savoir plus :

Memorial ACTe
France TV


Sciences - Une équipe de chercheurs français a mis au point le premier traitement curatif du lupus

Une équipe de chercheurs de l’Institut de biologie moléculaire et cellulaire de Strasbourg a mis au point une solution pour soigner les patients atteints de lupus, une maladie jusqu’à présent incurable. Ce traitement, le Lupuzor, est en cours de développement par l’entreprise ImmuPharma à partir d’une licence exclusive du brevet du CNRS (Centre National pour la Recherche Scientifique).

JPEG

Le lupus est une maladie relativement rare qui prend la forme d’une affection chronique très handicapante. Chez le patient atteint de lupus, le système immunitaire développe des cellules qui s’attaquent à son propre organisme. Il en résulte une inflammation chronique qui entraîne de nombreuses pathologies. Le cerveau, les reins, la peau ou encore les articulations peuvent être touchés. Les causes de cette maladie sont multiples et encore mal connues : prédispositions génétiques, facteurs environnementaux et/ou effet des hormones sexuelles.

En l’absence de traitement spécifique, on utilise surtout des corticoïdes et des immuno-dépresseurs pour que le corps arrête de s’auto-attaquer. Problème : cette solution fragilise le corps, avec le risque de développement de nouvelles infections, voire de certains cancers. C’est pour pallier ce manque thérapeutique que le Lupuzor a été développé, dans l’objectif de neutraliser les cellules auto-agressives sans toucher au reste du système immunitaire.

Les tests sont très prometteurs : l’espérance de vie est allongée et les problèmes rénaux et dermiques réduits, tout en conservant un système de défense immunitaire intact. Il n’y a pas d’effets secondaires. Le Lupuzor a également passé avec succès les premières phases de tests cliniques chez les humains.

Pour en savoir plus :
Le journal du CNRS

Dernière modification : 15/05/2015

Haut de page