Brèves de France - 16 février 2015 [es]

Culture – 300 ans d’Opéra Comique dans une exposition


L’Opéra Comique de Paris fête cette année ses 300 ans. A cette occasion, le Centre National du Costume de Scène (CNCS) de Moulins présente l’exposition « L’Opéra Comique et ses trésors », jusqu’au 25 mai 2015. Les visiteurs pourront apprécier les costumes et accessoires des plus grandes œuvres représentées à l’Opéra Comique, tout en découvrant la riche histoire de cette référence de l’art lyrique français.

PNG

Créé en 1715 et inspiré des spectacles parodiques de la Comedia dell’arte italienne, l’Opéra Comique est l’une des trois plus anciennes institutions théâtrales françaises avec l’Opéra de Paris et la Comédie-Française. Sur ses planches sont nés des chefs-d’œuvre tels Carmen de George Bizet ou Les Contes d’Hoffman de Jacques Offenbach. Au-delà de son glorieux passé, il est aujourd’hui salué pour sa programmation atypique qui met à l’honneur des œuvres tombées dans l’oubli et revisite avec succès le répertoire d’œuvres lyriques.

Grâce à une centaines de costumes mis en scène dans des décors de l’Opéra Comique et agrémentés d’accessoires et de vidéos, le Centre National du Costume de Scène permet de mieux saisir l’atmosphère de la salle Favart, où l’Opéra Comique est installé depuis 1783. L’exposition reconstitue également le Central Costumes de la Salle Favart, un lieu de création et de recherche, pionnier dans la teinture naturelle.

Le Centre National du Costume de Scène est installé à Moulins, dans un édifice de cavalerie du XVIIIe siècle, classé Monument Historique. Le CNCS est le seul établissement au monde à être entièrement dédié au patrimoine matériel de la scène. 10 000 costumes, soit environ 20 000 pièces, y sont actuellement conservés. L’Opéra de Paris, la Comédie-Française et la Bibliothèque Nationale de France ont également déposé leurs collections au CNCS.

Pour en savoir plus :
Site du Ministère de la Culture et de la Communication
Site de l’Opéra Comique
Site du Centre National du Costume de Scène
Economie Matin


Economie – Internet bientôt accessible dans tous les trains français

La SNCF a officiellement présenté, mardi 10 février, sa feuille de route digitale. Ce plan de transformation numérique, baptisé #DIGITALSNCF, est doté d’un budget d’environ 450 millions d’euros sur trois ans. Après le lancement du site de réservations voyages-sncf.com en 2000 puis de iDTGV en 2005, l’objectif est aujourd’hui accélérer la digitalisation des activités. Avec une annonce-phare pour le grand public : l’accès à internet à bord de tous les trains pour 2016.

JPEG

Le wi-fi satellitaire sera abandonné au profit de la 3G et de la 4G afin d’accompagner les changements des usages des utilisateurs. Pour les TGV, une technologie spécifique, compatible avec une vitesse de circulation à 300km/h, sera mise en place. Des rames spécialement équipées arpenteront le réseau ferroviaire français à partir de la fin du mois de mars pour élaborer une carte de France des connexions 3G et 4G afin d’évaluer les besoins. Il sera développé en coopération avec les quatre opérateurs mobiles (Orange, SFR, Bouygues et Free) et l’agence de régulation des télécommunications, l’Arcep. Dans 128 gares, celles où le trafic est le plus important, les usagers auront accès au wi-fi gratuit et illimité, une grande première en Europe pour l’ampleur de l’opération. Ce service sera entièrement financé par les recettes publicitaires.

D’autres initiatives porteront sur la modernisation des techniques de maintenance et de surveillance du réseau. Un fonds d’investissement, le « Digital SNCF Venture », sera créé pour que l’entreprise prenne des parts dans les start-up impliquées dans sa transformation numérique. Il sera doté de 30 millions d’euros sur trois ans et investira dans 12 à 15 projets. Les chefs de projets digitaux et développeurs mèneront leurs activités depuis Paris, Toulouse, Nantes, Bordeaux, Lyon et San Francisco afin de fédérer une vaste communauté digitale SNCF capable d’entraîner avec elle l’entreprise dans cette évolution.

Pour en savoir plus :
Les Echos
France 3 Rhône-Alpes
L’Usine Digitale


Sciences - Le cancer du sein opéré sous hypnose à l’Institut Curie

Depuis peu, l’Institut Curie, à Paris, propose aux patientes atteintes d’un cancer du sein ne souhaitant pas subir d’anesthésie générale des opérations chirurgicales sous hypnose. A ce jour, plus de 70 interventions de chirurgie du cancer du sein ont été pratiquées à l’Institut grâce à cette technique. Une méthode peu banale et qui se développe de plus en plus pour son confort psychologique et médical.

JPEG

Le jour de l’opération, les patientes reçoivent une anesthésie locale à l’endroit où sera effectuée la chirurgie. La préparation est la même que pour une intervention classique. Un drap sépare la tête du corps de la patiente : d’un côté l’anesthésiste la transporte dans un état mental entre l’éveil et le rêve et de l’autre le chirurgien lui retire la tumeur.

Les tumeurs retirées lors d’opérations sous hypnose sont en général de petite taille et sont souvent logées dans des organes tels que le bras, la jambe, l’œil ou le sein. Cette pratique n’est pas utilisée pour opérer des organes profonds (foie ou cœur).
L’hypnose remporte une adhésion de plus en plus forte. Elle évite l’anesthésie générale et réduit donc la ventilation spontanée, la déglutition et la tension artérielle. L’hypnose participe également à la diminution de la désorientation au réveil.

Pour en savoir plus :
Le Figaro
France Info

Dernière modification : 17/02/2015

Haut de page