Brèves de France - 30 Avril 2007

1. L’élection présidentielle française
Les 22 avril et 6 mai 2007, auront lieu, le premier et le deuxième tour de l’élection présidentielle française qui a lieu tous les 5 ans, selon la durée du mandat présidentiel. Cette année, 12 candidats, représentants de l’ensemble des sensibilités politiques françaises sont en lice.
Pour pouvoir se présenter à l’élection, ils ont du recueillir chacun au moins 500 parrainages provenant d’élus : députés, sénateurs, maires, conseillers généraux des départements, conseillers régionaux, ressortissants français membres du Parlement européen élus en France, entres autres. En France, le Président de la République est élu au suffrage universel direct et au scrutin majoritaire à deux tours. Pour être élu, la majorité absolue des suffrages exprimés (soit 50 % plus une voix) est nécessaire. Si cette majorité n’est obtenue par aucun candidat à l’issue du premier tour, il y a ballottage et il est procédé à un second tour. Dans ce cas, seuls les deux candidats ayant obtenu le plus de voix au premier tour s’affrontent. Le candidat qui obtient la majorité absolue est élu. La campagne électorale officielle s’ouvre le jour de la publication de la liste des candidats au Journal officiel, au minimum 15 jours avant le premier tour des élections, et s’interrompt le vendredi soir qui précède le premier tour de scrutin, à minuit, cette année celle-ci s’étend du 9 au 20 avril. Enfin, le Conseil constitutionnel, organe juridique suprême, est là pour veiller à la régularité de l’élection du Président de la République, notamment la conformité des financements des campagnes, il examine les réclamations et proclame les résultats du scrutin.

Lien vers le dossier sur le site de l’ambassade :
La elección del Presidente de la República Francesa
CampusFrance est la nouvelle porte d’entrée pour étudier en France !
La France accueille chaque année plus de 250 000 étudiants étrangers et est devenue donc, à l’échelle mondiale, le troisième pays choisi par les étudiants. Parmi ces jeunes, environ 3 000 Mexicains partent en France chaque année pour étudier la langue française, une maîtrise, un master ou un doctorat ou même pour faire un séjour scientifique dans le cadre de la coopération bilatérale entre les deux pays.
La France souhaite continuer à leur réserver une éducation d’excellence grâce aux études proposées par notre système éducatif. C’est pourquoi elle se soucie d’offrir un conseil personnalisé aux jeunes mexicains depuis plus de 25 ans. Etant donné la croissance de ce flux durant ces dernières années, et afin de faciliter davantage l’entrée à notre système éducatif, l’agence d’appui à la mobilité des étudiants, des universitaires et des scientifiques, CampusFrance, a été créée.
L’ambassade met à votre disposition ce nouveau service pour vous permettre la simplification des démarches administratives, par l’intermédiaire de son site Internet. Dans ce page, l’étudiant pourra créer son espace personnel qui lui permettra, de manière interactive, procéder aux activités suivantes : demander de l’information sur les types d’études, écoles, universités et institutions existantes, la vie d’étudiant et la France en général ; établir un dialogue direct par le biais de sa propre messagerie avec un des agents de CampusFrance ; envoyer sa candidature aux écoles et universités en France et donner un suivi à sa demande d’inscription et de visa en temps réel, puisque les établissements éducatifs français pourront examiner le dossier virtuel de l’étudiant et accepter sa demande de pré-inscription directement ; et, enfin, s’inscrire à CampusFRance et demander son visa d’étudiant. L’objectif de CampusFrance consiste à offrir un service de qualité assurant la réussite universitaire des étudiants mexicains en France

Pour en savoir plus
http://www.mexico.campusfrance.org./

La recherche française travaille sur un sang universel…

Des chercheurs français et américains ont identifié de nouvelles enzymes qui permettraient d’envisager la conversion des groupes sanguins A, B et AB en groupe O, c’est-à-dire en donneur universel. Une possibilité qui offrirait une réponse aux problèmes d’approvisionnement en sang.
Les travaux de Gerlind Sulzenbacher, Yves Bourne et Bernard Henrissat, du Centre national de la recherche scientifique (CNRS), menés en collaboration avec la société américaine ZymeQuest, sont publiés dans le numéro d’avril de Nature Biotechnology.
Le principe est de transformer les groupes A, B et AB en groupe O, grâce à l’action d’enzymes capables d’éliminer spécifiquement les sucres déterminant le groupe sanguin. Le système ABO a été découvert en 1900 et doit être respecté dans toutes les transfusions.
L’enjeu de ce projet est à la fois médical et économique. Les participants au projet continuent de rencontrer certaines difficultés, notamment dans l’approvisionnement des centres de transfusion qui doivent avoir constamment à disposition un stock suffisant de sang des quatre groupes, ce qui représente un coût financier important. Aussi, les centres de transfusion ont parfois du mal à s’approvisionner en sang de certains groupes. Néanmoins, ces difficultés demeurent surmontables et la perspective de parvenir à l’élaboration d’un sang universel est vécue, par le monde médical, comme une avancée capitale.

Pour en savoir plushttp://www.cnrs.fr/->http://www.cnrs.fr/]

Dernière modification : 26/08/2014

Haut de page