Brèves de France - 31 octobre 2010

L’exposition Gabriel Orozco au Centre Pompidou

JPEG

Source : http://www.centrepompidou.fr/

Le Centre Pompidou consacre, jusqu’au 3 janvier prochain, la première grande rétrospective française de l’artiste mexicain Gabriel Orozco. Plus de 80 œuvres, pour la plupart jamais exposées en France, sont rassemblées pour retracer le parcours de l’artiste de ces débuts à aujourd’hui.

Réalisé avec le mécénat du Conseil National pour la Culture et les Ars (CONACULTA) et la Fondation Televisa et le soutien de l’Institut Culturel du Mexique, des ministères mexicains des Relations Extérieures et de l’Education Publique, ce projet est le résultat du travail de la conservatrice du Musée National d’Art Moderne et commissaire de l’exposition, Christine Macel, en étroite collaboration avec Gabriel Orozco lui-même.

Gabriel Orozco est un artiste nomade, dont les nombreux voyages constituent la principale source d’inspiration. Parmi les constantes de sa recherche plastique, l’on compte les éléments du paysage urbain et du corps humain. Selon Christine Macel, commissaire de l’exposition, ces éléments « nourrissent son travail dont la poésie est celle du hasard, du paradoxe, et qui brouille les frontières entre l’objet d’art et l’environnement quotidien, entre l’art et la réalité ».

Cette exposition reflète la diversité de son travail et des médiums utilisés : photographies, sculptures, objets reconfigurés, dessins et peintures géométriques. Gabriel Orozco propose ici une scénographie basée sur l’idée de l’atelier, une disposition simple des œuvres, sans dénominations ni commentaires.

Pour plus d’informations :
http://www.centrepompidou.fr/

Programme France Export 2011

JPEG

Source : La France à l’étranger

Anne-Marie IDRAC, Secrétaire d’Etat au Commerce Extérieur, a présenté le 20 octobre dernier, le Programme France Export 2011. Ce catalogue regroupe plus de 1100 opérations collectives dédiées à l’accompagnement des entreprises françaises à l’étranger.

Cette année le programme met l’accent sur les pays émergeants dont le dynamisme économique offre des opportunités d’affaires aux entreprises françaises. Ainsi, la programmation 2011 prévoit la concentration sur ces pays de plus d’un quart des opérations collectives, soit une augmentation de 20% par rapport à 2010. Le nombre de manifestations sera particulièrement accru pour des pays comme le Brésil, la Russie, le Vietnam, Singapour, la Thaïlande ou encore l’Inde, invitée d’honneur du Programme France export 2011. Les opérations augmenteront également en Europe de l’Est.

En tant qu’invitée d’honneur, l’Inde se verra consacrer une programmation spécifique constituée de deux évènements majeurs : des rencontres d’affaires franco-indiennes avec de grands acteurs publics et privés dans le domaine du nucléaire, de l’énergie, ou encore des infrastructures et des transports. Seront également menées, en collaboration avec l’ensemble des partenaires de France export, des actions de découverte du marché indien.

Pour plus d’informations :
http://www.economie.gouv.fr/discourspresse/discourscommuniques_finances.php?type=communique&id=4695&rub=1

Des architectes imaginent le Paris de 2100 avec 2°C de plus

JPEG

Source : Image de la France, 4ème édition

Le collectif d’architectes « Et alors ? » expose jusqu’au 15 décembre prochain, au Parc de Bercy, « vingt points de vue » de ce à quoi pourrait ressembler Paris en 2100, avec 2°C de plus.

C’est à l’occasion de la 3ème édition des Journées parisiennes de l’énergie et du climat qu’a été inaugurée cette exposition composée de vingt cartes postales géantes accompagnées de textes expliquant les propositions des membres du collectif. Arrondissement par arrondissement ils imaginent quel pourrait être le nouveau tissu urbain d’une ville qui se transforme pour faire face au changement climatique.

Si lors de précédentes éditions le collectif s’était interrogé sur les villes de Rennes, Avignon et Dunkerque avec 6°C de plus, cette fois-ci le collectif n’a fait augmenter le thermomètre parisien que de deux degrés. Cécile Leroux, membre du collectif, précise le choix du collectif : « on a étudié les scénarios de réchauffement du GIEC (Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat, chargé de synthétiser les connaissances et les scénarios envisageables du changement climatique) et on formule une hypothèse qui n’est pas validée scientifiquement mais s’inscrit dans les fourchettes établies par le groupe ».

Parmi les propositions du collectif, on trouve des transports innovants avec des dirigeables atterrissant au parc de Belleville, un téléphérique grande distance fixé à la Tour Montparnasse, des vélos se déplaçant sur des voies rapides ou encore des récupérateurs d’eau en haut des tours. « On n’est pas dans un pur travail d’architectes, on parle davantage de carte postale avec une vision décalée. Beaucoup de choses sont cohérentes scientifiquement mais on prend des libertés, pour aller plus loin en sortant d’une vision catastrophiste ou ultra-contraignante », précise Cécile Leroux.

Pour plus d’informations :
http://www.etalors.eu/

Dernière modification : 26/08/2014

Haut de page