Brèves de France - 15 juillet 2011 [es]

Exposition « Maya » au musée du Quai Branly

JPEG

Source : Musée du Quai Branly

Le musée du Quai Branly accueille du 21 juin au 2 octobre l’exposition Maya, de l’aube au crépuscule, qui rassemble près de 160 pièces découvertes au Guatemala et appartenant à la culture maya, l’une des civilisations fondatrices du monde.

L’exposition propose au visiteur d’en découvrir la richesse et l’évolution grâce à un parcours chronologique allant de la période préclassique (-2000 ans avant Jésus Christ) jusqu’à nos jours.

Les fouilles archéologiques entreprises au Guatemala dans les années 1990 ont permis de découvrir de nombreuses pièces et de mieux comprendre cette civilisation. L’exposition présente ces trouvailles qui sortent pour la première fois de leur pays d’origine. Il s’agit de céramiques, d’éléments funéraires, d’ornements ou encore de vestiges architecturaux. Au travers de ces objets, c’est toute l’organisation sociale des Mayas ainsi que leurs croyances et pratiques rituelles qui sont dévoilées.

A la fin du parcours, les objets millénaires laissent place à des photographies récentes qui témoignent de la persistance de cette culture au Guatemala, pays dont la population est à 55% d’ascendance maya. Ainsi, l’exposition entend montrer que si la civilisation maya appartient désormais à l’Histoire, sa culture en revanche perdure dans le syncrétisme culturel de la société guatémaltèque.

Pour plus d’informations :
http://www.quaibranly.fr

Une nouvelle hydrolienne verra le jour en Bretagne

JPEG

Source : Image de la France, 4ème édition

En janvier 2012, l’île bretonne d’Ouessant va se doter d’une hydrolienne. Cette machine dotée d’une hélice de 10 m d’envergure sera immergée à 60 m de profondeurs afin d’exploiter l’énergie des courants marins.

La technologie de l’hydrolienne permet aux petites îles de réduire le coût et l’impact écologique de leur approvisionnement énergétique, qui provient le plus souvent du fioul livré par bateau. Complètement immergée, ces machines ne détériorent en rien le paysage et libèrent de la surface au sol. A Ouessant, le générateur de l’hydrolienne fournira 40% de l’électricité consommée par les insulaires.

Il s’agit du deuxième projet de ce type réalisé en Bretagne par la société Sabella, la première hydrolienne de la PME quimpéroise ayant vu le jour en 2007 dans la baie de Bénodet. Sabella bénéficie en outre d’un contexte régional particulièrement favorable puisque le gouvernement a créé en 2009 à Brest une plateforme de recherche sur les énergies marines (éoliennes offshores flottantes, hydroliennes et énergie thermique des mers).

Cette filière en pleine émergence contribuera à l’objectif, fixée par l’Union Européenne, de 20% d’énergies renouvelables dans la consommation française d’ici 2020.

Pour plus d’informations :
http://www.ifremer.fr

Un début d’explication à la disparition des abeilles

JPEG

Source : http://www.photo-libre.fr/

Des équipes de chercheurs français du Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), de l’Institut National pour la Recherche Alimentaire (INRA) et de l’Université Blaise Pascal de Clermont Ferrand ont associé leurs compétences en toxicologie et parasitologie pour mieux comprendre la disparition des abeilles.

Depuis une quinzaine d’années, les populations d’abeilles ne cessent de décliner. Bien que plusieurs hypothèses aient été avancées telles que l’impact de l’augmentation des monocultures ou l’appauvrissement de la diversité des ressources alimentaires, ce phénomène restait jusqu’à lors inexpliqué tant par les apiculteurs que les chercheurs.

Différentes équipes de chercheurs français ont permis d’établir de nouvelles pistes pour résoudre ce mystère. La disparition des abeilles serait due à infection par un champignon parasite, le Nosema ceranae, qui réduirait fortement leur capacité de résistance aux insecticides. Ainsi, une fois infectées par ce champignon microscopique, le moindre contact avec un insecticide entraînerait leur mort.

Ces avancées dans l’explication de la disparition des abeilles soulignent la nécessité de réglementer l’utilisation des insecticides pour que les colonies d’abeilles ne soient plus affectées. Le travail des chercheurs français est crucial puisque les abeilles contribuent à maintenir l’équilibre de l’écosystème et que leur disparition touche à présent la planète entière.

Pour plus d’informations :

http://www.science.gouv.fr

Dernière modification : 26/08/2014

Haut de page