Brèves de France - 15 mai 2010

Juan O’Gorman à l’ENSA : modernité/mexicanité

JPEG

Source : http://www.paris-valdeseine.archi.fr/actu/actuecole.php

L’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture (ENSA) de Paris-Val de Seine accueillera du 20 mai au 26 juin une exposition consacrée à l’artiste mexicain Juan O’Gorman. Elle présentera au public l’œuvre de cet éminent architecte et muraliste de la période post-révolutionnaire mexicaine (années 1920-1950), encore peu connue en Europe.

Cette exposition fait suite au projet « Europe-Mexique : architectures mexicaines années 20- années 50 » coproduit par les ENSA de Lille et de Strasbourg et mis en œuvre lors de la célébration de « Lille, capitale européenne de la culture » en 2004. Déjà présentée dans plusieurs écoles d’architecture (ENSA de Bretagne et de Nancy), elle a pour vocation de faire découvrir en Europe le parcours et le travail de Juan O’Gorman, célèbre architecte moderniste mais aussi dessinateur, peintre et professeur.

Des plans, des photos et des maquettes permettent de rendre compte de l’apport essentiel de cet artiste mexicain lié au mouvement muraliste, engagé en faveur des milieux populaires et influencé par l’œuvre de Le Corbusier. Les visiteurs peuvent apprécier le style unique de Juan O’Gorman au travers de ses créations majeures, telles que les « maisons-ateliers » des peintres Diego Rivera et Frida Kahlo ou la bibliothèque centrale de l’Université Nationale Autonome du Mexique (UNAM). Ils découvrent également ses peintures peuplées de formes oniriques, ses mosaïques de pierre ornant les façades d’édifices, ainsi que ses réalisations plus fonctionnelles - habitations ouvrières, maisons « puristes », bâtiments scolaires et syndicaux.

Pour plus d’information :
http://www.paris-valdeseine.archi.fr/actu/actuecole.php

Les villes françaises appréciées des entrepreneurs

JPEG

Source : Images de la France, 3ème édition

Le classement européen ECER-Banque Populaire 2010 révèle une nette progression des villes françaises en matière d’attractivité économique, malgré la crise. Il constitue le premier indicateur européen de satisfaction des entrepreneurs à l’égard des politiques locales menées par les acteurs publics et privés, en faveur du développement économique.

Pour sa troisième édition, l’étude a été menée dans 37 villes européennes, au sein de 18 pays, auprès de 4 500 entrepreneurs, selon cinq critères : l’accessibilité à la promotion de l’entrepreneuriat, l’accompagnement ante-création et post-création, les sources de financement et l’environnement. Le classement a été conçu comme un outil de prospection et de projection pour les acteurs locaux.

Les résultats de cette édition confirment ceux des précédentes, mettant en évidence la domination des villes du Nord de l’Europe à la tête du classement. C’est le cas des villes allemandes —comme Francfort, en tête du classement— qui ont été touchées par la crise plus tardivement et qui bénéficient d’un modèle entrepreneurial basé sur des entreprises de taille intermédiaire jugées plus résistantes. Les villes suédoises sont également bien classées, grâce à leurs performances en matière d’accompagnement des entreprises.

Mais le classement 2010 fait état de la progression significative des villes françaises sur les cinq indicateurs de l’étude, du fait de la satisfaction des entrepreneurs à l’égard des politiques publiques menées. La ville de Lyon, première ville française à apparaître dans le classement, figure à la 9ème place. Lille se maintient à la 11ème place, Marseille progresse de dix places (16ème) et Paris de 7 places (26ème).

Pour plus d’information :
http://www.ecer.fr/resultat.html

Un Français participera à la simulation d’un séjour sur Mars

JPEG

Source : Images de la France, 3ème édition

Le français Romain Charles a été sélectionné par l’Agence Spatiale Européenne pour participer, à partir du 3 juin prochain, à une expérience de simulation de voyage vers Mars, dans le cadre du programme Mars500. Il sera membre d’un équipage de 6 personnes, également composé d’un Italo-colombien, de trois Russes et d’un Chinois, pour un séjour de 520 jours.

Mars500 est un programme expérimental russe qui consiste à simuler sur Terre le voyage d’un équipage vers la planète Mars. Il a été lancé par l’Institut des Problèmes Bio-médicaux de l’Académie des Sciences de Russie, avec la collaboration de l’Agence Spatiale Européenne et de l’Agence Spatiale Fédérale Russe (Roscosmos).

Les volontaires vivront dans une réplique de vaisseau spatial de 550 m², établie près de Moscou, pendant 520 jours, durée qui correspond à celle d’un voyage aller-retour sur Mars, avec une phase d’exploration de la planète. La moitié de l’équipage « descendra » sur Mars, au moyen d’un simulateur, tandis que l’autre moitié restera dans le vaisseau.

L’expérience vise à recréer les conditions d’un voyage vers Mars à durée réelle, avec ses principales contraintes, telles que le confinement, la gestion du stock de nourriture pour les 520 jours, la réalisation d’un programme de travail strict, ainsi que l’établissement d’un délai de 20 minutes dans les communications avec la Terre après les deux premiers mois, afin de reproduire l’éloignement.

L’objectif principal de cette expérience est d’évaluer les effets psychologiques et comportementaux de l’isolement, en particulier sur le stress, la régulation hormonale, la qualité du sommeil et les relations entre les membres de l’équipage.

Pour plus d’information :
http://mars500.imbp.ru/en/index_e.html

Dernière modification : 26/08/2014

Haut de page