Brèves de France - 28 janvier 2016 [es]

Culture - La 43ème édition du festival de la Bande-Dessinée ouvre ses portes à Angoulême

JPEG

Créé en 1974, le Festival International de la Bande-Dessinée d’Angoulême a su s’imposer comme le principal évènement français consacré au neuvième art et comme le second festival en Europe dédié à la BD -en termes d’affluence- après celui de Lucca en Italie.

Le festival a notamment accueilli au cours de ses précédentes éditions des artistes de renommée internationale, comme André Franquin, Gotlib, Peyo, Jean Giraud ou encore Hergé. L’évènement décerne chaque année des récompenses aux auteurs de bande dessinée, notamment le Grand prix de la Ville d’Angoulême, le Prix Révélation ou encore le Prix Charlie de la liberté d’expression.

Cette année, le festival consacre une exposition au célèbre Lucky Luke qui fêtera ses 70 ans. Il revient également sur l’artiste Italien Hugo Pratt, célèbre pour avoir créé le personnage de Corto Maltese et sur le Mangaka japonais Katsuhiro Otomo, auteur de Akira, et lauréat du Grand prix en 2015. Le festival accueillera entre-autres Katsuhiro Otomo, Simon Hanselmann (Megg, Mogg & Owl), Balak (99F) et Michaël Sanlaville (LastMan) pour les conférences et les séances de dédicace. Des projections de films seront également organisées, notamment l’avant-première de Paul à Québec réalisé d’après la bande-dessinée éponyme de Michel Rabagliati. Les films de Katsuhiro Otomo Akira, Steamboy, Opening et Ending seront également projetés.

Le Festival se tiendra du 28 au 31 janvier 2016.


- Au Mexique :
C’est l’occasion pour nous de vous inviter à la conférence « La novela gráfica contemporánea », qui sera présentée par l’Attaché Culturel de l’Ambassade de France, Raphaël Meltz, le 17 février à partir de 12 h dans la salle Febres Cordero de L’Université de la Salle. Nous vous invitons également à consulter l’album photo et un article consacrés à l’atelier « las 24 horas del cómic 2016 » organisé par l’Institut Français d’Amérique Latine (IFAL) et qui s’est déroulé le mardi 26 janvier 2016.


Pour en savoir plus :
Le site du salon d’Angoulême
Actua BD
Le Populaire.fr
Sud Ouest


Économie : L’Airbus A380 débarque à Mexico

JPEG

Le mardi 12 janvier la Ville de Mexico a accueilli pour la première fois le fleuron de la technologie européenne en matière d’aéronautique. L’Airbus A380 affrété par AirFrance s’est posé sur le sol mexicain à 18h40 et a été accueilli par de nombreux représentants politiques et d’entreprises mexicains, en présence de l’Ambassadrice de France Maryse Bossière.

Développé à partir des années 90 par des ingénieurs français, britanniques, belges, espagnols et allemands, l’appareil est assemblé dans la ville de Toulouse et a effectué son premier vol historique dans l’espace aérien de la même ville le 27 avril 2005. Les trois principales usines françaises participantes à la construction de l’A380 se situent à Bouguenais, Saint-Nazaire et Méaulte. Celles-ci s’occupent de produire le nez de l’avion, les logements des trains d’atterrissages, le caisson central, les ailerons ou encore les réseaux électriques et les systèmes carburants.

Plus gros avion civil de transport de passagers, l’Airbus A380 permet de transporter, selon sa configuration, entre 525 et 853 passagers. Il est également plus écologique que ses concurrents, ses émissions de CO2 étant 20% moindre que celle du Boeing 747. Mexico sera la première ville Latino-Américaine à bénéficier d’un vol quotidien, et ce, à partir du mois de mars 2016. Il remplace le Boeing 747 qui opérait sur cette route.

La liaison quotidienne Charles de Gaulle-Benito Juárez permettra ainsi d’accroitre les flux touristiques entre la France et le Mexique.

Pour en savoir plus :
Le Figaro
Business Travel
Reforma


Sciences - Didier Fassin récompensé par la médaille d’or de la Société suédoise d’anthropologie et de géographie

JPEG

Depuis 1881, le Roi de Suède remet tous les trois ans une médaille à un anthropologue. Cette année, la Société Suédoise d’Anthropologie et de Géographie a choisi de récompenser un anthropologue français pour l’ensemble de ses recherches. Le Roi remettra le prix le jour de la date anniversaire du retour de l’expédition d’Adolf Nordenskiöld après sa victoire sur le passage du Nord-Est en 1880.

Didier Fassin est anthropologue, sociologue et médecin et a exercé au Pérou, en Afrique du Sud, ou encore au Sénégal. Il enseigne depuis 2009 à l’Institute for Advanced Study de l’Université de Princeton dans le New Jersey, et est actuellement directeur d’études à l’EHESS. L’homme est également co-fondateur de l’Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (Iris) et a été vice-président de Médecins sans frontières entre 2001 et 2003.

Sa thèse, soutenue à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociale, porte sur les rapports sociaux entre malades et thérapeutes dans les villes africaines de Dakar et Pikine. Après avoir travaillé sur la dimension humanitaire des sociétés et avoir enquêté sur le travail des policiers (de la Brigade Anti-Criminalité) en zone sensible, l’anthropologue s’est lancé dans une vaste enquête sur l’univers carcéral. Il a passé de longs mois dans une maison d’arrêt de la région parisienne entre 2009 et 2013 et a tiré de son étude la conclusion suivante : « la prison n’est pas séparée du monde social : elle en est l’inquiétante ombre portée ».

Le scientifique recevra son prix le 24 avril prochain.

Pour en savoir plus :
Le Journal du CNRS
Libération

Dernière modification : 08/02/2016

Haut de page