COP21 - Les prochaines étapes [es]

Mexico, le 19 janvier 2016

« 2015 a été l’année des négociations et des décisions, 2016 doit être l’année de l’application et de l’action », a déclaré le président de la COP21 Laurent Fabius dans un entretien au journal Le Monde daté du 11 janvier (lire l’entretien).

Un mois après l’adoption de l’Accord de Paris (en savoir plus) le 12 décembre par 195 pays, la Présidence française travaille, avec l’ensemble de la communauté internationale et en lien avec le Maroc qui assure la présidence de la COP22, à transformer en actions concrètes les principes posés à Paris. Car la présidence d’une COP ne s’arrête pas après le coup de maillet, elle dure une année, jusqu’à l’ouverture de la COP suivante.


Au programme de 2016, quatre grands rendez-vous :

- la cérémonie de signature de l’Accord le 22 avril au siège de l’ONU à New York. Les pays auront alors un an pour ratifier l’accord. Le traité prévoit son entrée en vigueur 30 jours après sa ratification par au moins 55 Etats représentant au moins 55% du volume total des émissions de gaz à effet de serre.

- publication par la CCNUCC d’un nouveau rapport de synthèse sur les NDC le 2 mai. Ce rapport comptabilisera les 187 contributions publiées (plus celles présentées d’ici le 4 avril), le précédent rapport (30 octobre) s’était basé sur 146 contributions.

- la session de négociations à Bonn (Allemagne),siège de la CCNUCC, du 16 au 26 mai, qui sera la première session depuis l’adoption de l’accord, avec la première réunion du « comité Ad hoc Paris Agreement » (APA) chargé de préparer les décisions de mise en œuvre de l’Accord de Paris.

- la désignation par les présidents des COP21 et 22 des deux champions (le premier sera en fonction jusqu’à la COP22, le second jusqu’à la COP23) chargés d’assurer le suivi des initiatives des acteurs non gouvernementaux.

La Présidence française entend également accélérer l’action avant 2020, en poursuivant la mobilisation des acteurs non-gouvernementaux déjà fortement impliqués à travers le LPAA et le Paris Pledge.


Principaux rendez-vous internationaux en 2016 :

- 16-17 janvier : Assemblée générale de l’Agence internationale pour les énergies renouvelables (IRENA), organisation intergouvernementale qui compte 139 Etats et dont la mission est la promotion des énergies renouvelables, à Abou Dhabi.

- 18 janvier : Forum mondial sur l’énergie du futur et 2ème réunion du comité de pilotage de l’Alliance solaire internationale à Abou Dhabi.

- 20 janvier : discours de Laurent Fabius devant le Parlement européen à Strasbourg, à l’invitation du président Martin Schulz, suivi d’un débat consacré au suivi de la COP21 en plénière.

- 20-23 janvier : Forum économique mondial à Davos.

- fin janvier : publication du bilan carbone de la COP21. Bilan réalisé par EcoAct durant les trois phases : montage, exploitation et démontage sur le site de Paris-Le Bourget.

- début février : appel à projets pour compenser les émissions carbone émises durant la COP21.

- 25-26 février : dialogue des négociateurs organisé par le Brésil et le Japon à Tokyo.

- 4 avril : date limite pour les pays, qui ne l’ont pas encore fait, de présenter ou revoir leur contribution nationale (NDC).

- 15-17 avril : assemblées du FMI et de la Banque mondiale.

- 22 avril : cérémonie de signature de l’Accord de Paris à New York.

- 2 mai : publication par la CCNUCC d’un nouveau rapport de synthèse sur les NDC.

- 5-6 mai : Sommet sur l’action pour le climat organisé par les Nations unies à Washington.

- 16-26 mai : session de négociations à Bonn (Allemagne).

- 26 au 27 mai : sommet du G7 à Shima (Japon).

- 1er-2 juin : Clean Energy Ministerial (San Francisco).

- 4-5 septembre : sommet G20 à Hangzou (Chine).

- 7-9 octobre : assemblées annuelles du FMI et de la Banque mondiale.

- 7-18 novembre : COP22 à Marrakech (Maroc).

- 12 décembre : premier anniversaire de l’Accord de Paris.


2018 sera une autre étape importante. L’accord fixe en effet un premier rendez–vous pour faire le point sur les contributions nationales. Ce rendez-vous permettra d’évaluer, au regard de l’évolution de la situation, la nécessité d’augmenter l’ambition. Les pays pourront augmenter leurs engagements, avant même l’entrée en vigueur de l’accord en 2020.


JPEG

Dernière modification : 19/01/2016

Haut de page