COP21 : Visite de Pierre-Henri Guignard à Mexico [es]

JPEG

Mexico, le 14 avril 2015

Pierre-Henri Guignard, Secrétaire général chargé de la préparation et de l’organisation de la 21ème Conférence des Nations Unies sur les Changements climatiques (COP 21 / CMP 11) a réalisé une nouvelle visite au Mexique, ce mardi 14 avril 2015.

A cette occasion, il a rencontré les responsables mexicains en charge des questions climatiques au sein du Ministère des Relations Extérieures (SRE), du Ministère de l’Environnement et des ressources naturelles (SEMARNAT) et de l’Institut National de l’Ecologie et du Changement Climatique (INECC).

Cette rencontre a permis d’échanger sur la préparation de la conférence de Paris sur le changement climatique « Paris Climat 2015 » qui aura lieu du 30 novembre au 11 décembre.

Il a rappelé que la COP21 est une échéance cruciale puisqu’elle doit aboutir à un nouvel accord international sur le climat, applicable à tous les pays, dans l’objectif de maintenir le réchauffement mondial en-deçà de 2°C.

Pierre-Henri Guignard a souligné l’importance de l’échéance : lors de la conférence sur le climat qui s’est tenue à Durban en 2011, les 196 parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) se sont fixé le mandat de parvenir en 2015 à l’adoption d’un nouvel accord sur le climat. Cet accord devra être applicable à tous les pays et entrer en vigueur en 2020.

M. Guignard a également rencontré des représentants des entreprises mexicaines pour leur présenter les modalités de participation du secteur privé à la conférence « Paris Climat 2015 ». Les autorités françaises ont en effet encouragé une large participation de la société civile (entreprises, ONG, collectivités locales…) à la COP21.

Tout comme le Ministre des Affaires Etrangères et du Développement International, Laurent Fabius l’avait fait le 28 mars dernier, M. Guignard a salué très positivement l’annonce par le Mexique de sa contribution pour la COP21. « Elle est ambitieuse : elle prévoit notamment une réduction inconditionnelle et en valeur absolue des émissions de gaz à effet de serre du pays à partir de 2026, tout en confirmant un objectif de long terme pour 2050. Elle prévoit également un relèvement important de l’objectif fixé pour 2030 en cas de soutien financier international », a-t-il déclaré.

Pour en savoir plus :
Retrouvez l’entretien de Pierre-Henri Guignard publié par El Financiero

Dernière modification : 30/04/2015

Haut de page