Delfin Sanchez reçoit la Légion d’honneur [es]

JPEG

Mexico, le 28 octobre 2016

L’Ambassadrice de France au Mexique, Maryse Bossière, a remis les insignes de Chevalier dans l’ordre de la Légion d’Honneur à Delfin Sanchez, lors d’une cérémonie qui s’est déroulée aujourd’hui à la Résidence de France.

Cet insigne lui a été remis pour son rôle de premier plan au service de l’amitié franco-mexicaine, notamment à travers son implication au sein du Conseil stratégique franco-mexicain et son dévouement pour favoriser l’implantation des entreprises françaises au Mexique.

JPEG

Francophile et Francophone, Delfin Sanchez a étudié à l’UNAM, puis a fait ses classes en France à l’Institut des Hautes Etudes politiques, économiques et sociales pour l’Amérique latine de Paris ainsi qu’à l’Institut d’Administration publique de Paris - qui a fusionné par la suite avec l’ENA. Conseiller à l’Ambassade du Mexique en France, Delfin Sanchez a ensuite intégré la Mission Permanente du Mexique au siège des Nations Unies à New York. Il entre par la suite au Ministère de l’Économie, où il est nommé directeur général des investissements étrangers et de la promotion de l’investissement étranger.

JPEG

« Vous avez ainsi aidé les entreprises françaises à développer leur potentiel au Mexique, en partageant vos contacts et vos conseils, au service d’une relation bilatérale que vous avez renforcée et enrichie », a déclaré Maryse Bossière.
Delfin Sanchez s’est par ailleurs vu confier la responsabilité de célébrer en 1984 les 100 ans de la Chambre de Commerce franco-mexicaine. « Vous avez réussi à réunir 300 entreprises françaises et la ministre française du Commerce de l’époque, Edith Cresson. Ce fut un succès », a souligné l’ambassadrice.

L’ambassadrice a par ailleurs rappelé que Delfin Sanchez avait aidé plusieurs entreprises françaises au Mexique telles que Panhard, Total, EADS, Thalès et Eurotradia, dans leur installation et leur acclimatation au Mexique.

« Depuis vous n’avez cessé d’être l’interprète de la France dans de nombreux domaines, et de l’intérêt commun en faveur de projets bilatéraux », a finalement salué Maryse Bossière.

Dernière modification : 02/11/2016

Haut de page