Relations Union européenne - Mexique [es]

L’UE dispose d’une délégation à Mexico, dont le Chef est le diplomate Andrew Standley.

http://launioneuropeaenmexico.org/

L’UE et le Mexique entretiennent depuis 1960 des relations suivies qui se sont constamment consolidées et enrichies. Aujourd’hui, elles s’inscrivent dans un cadre constitué de deux accords majeurs : un Accord global et un Partenariat stratégique.

Le cadre institutionnel

1/ L’Accord global ou Accord de partenariat économique, de coordination politique et de coopération : le Mexique est le premier pays d’Amérique latine à l’avoir signé avec l’UE, en 1997 (entré en vigueur en 2000). Les piliers de cet accord sont :

- Un dialogue politique renforcé, basé sur les principes démocratiques et le respect des Droits de l’Homme, valeurs partagées par le Mexique et l’UE. Cet accord institutionnalise le dialogue politique, au sein de Sommets biennaux de Chefs d’Etat, du Conseil conjoint (niveau ministériel) et du Comité conjoint (niveau hauts fonctionnaires).

- Une libéralisation des échanges, notamment dans le cadre du Traité de Libre Commerce entre l’Union européenne et le Mexique, qui a permis une intensification importante de la relation commerciale.

- Un renforcement de la coopération : l’UE a engagé 55 millions d’euros sur la période 2007-2013 dans trois secteurs principaux : cohésion sociale et bonne gouvernance, développement économique et compétitivité, culture et éducation. Ces projets peuvent relever de la coopération bilatérale ou de programmes régionaux.

2/ Le Partenariat stratégique : depuis 2008 le Mexique est, avec le Brésil, l’un des deux seuls partenaires stratégiques de l’UE en Amérique latine. Le principe d’établissement de ce Partenariat stratégique a été annoncé lors du IVe Sommet Union européenne-Mexique de Lima en mai 2008 et reconnaît le Mexique comme un acteur international de premier plan. La France, qui a exercé la Présidence de l’Union européenne du 1er juillet au 31 décembre 2008, a joué un rôle important dans l’avancée des discussions et c’est durant cette période que le Partenariat stratégique a été finalisé.

Un plan d’action conjoint définit les grandes orientations du partenariat UE/Mexique au niveau multilatéral (crise financière, crise alimentaire, désarmement et non prolifération, réforme des Nations unies),régional (dialogue UE/Amérique latine et Caraïbes) et bilatéral (relations économiques et commerciales, développement durable, questions de sécurité, droits de l’homme, éducation et culture).

Dans le cadre de ce partenariat, trois dialogues annuels spécifiques ont été mis en place : sur les droits de l’Homme, sur la sécurité et sur les questions macro-économiques.

2/ La coopération européenne

1/ Le Mexique s’inscrit dans la coopération bi-régionale UE/Amérique latine et Caraïbes, par le biais du plan d’action de Madrid (feuille de route bi-régionale adoptée au Sommet de Madrid en 2010 et mise à jour au Sommet de Santiago en janvier 2013). Son objectif est de renforcer et développer la coopération bi-régionale autour de six axes spécifiques : science, recherche, innovation et technologie ; développement durable, environnement, changement climatique, biodiversité, énergie ; intégration régionale et sociale ; migration ; éducation et emploi, drogues. Le Mexique y prend une part active, en pilotant un groupe de travail sur le thème de l’Energie et en participant au groupe sur la biodiversité et le changement climatique.

2/ Le Mexique bénéficie de l’instrument de financement de la coopération au développement (ICD) de l’UE.

La coopération bilatérale avec le gouvernement mexicain dans le cadre du Document de stratégie pays (2007-2013) de l’UE se concentre sur trois domaines prioritaires :

- Cohésion sociale et aide au dialogue sur les politiques sectorielles (y compris dans le domaine de la sécurité) afin de favoriser un développement économique plus inclusif. On peut notamment citer le Programme « Laboratoire de Cohésion Sociale » (LCS), dont l’objectif est l’élaboration et la mise en œuvre de politiques publiques et de pratiques institutionnelles qui améliorent l’accès à des services publics de base de qualité ainsi que des politiques et programmes en matière sociale, de droits de l’homme et de justice.

- Economie durable et compétitivité, afin de promouvoir le commerce et l’investissement dans le cadre d’alliance entre les acteurs économiques européens et mexicains (avec une attention particulière sur les petites et moyennes entreprises). Ex : « Programme pour la compétitivité et l’innovation UE-Mexique » pour améliorer la compétitivité des PME mexicaines via des technologies innovantes afin de faciliter l’accès au marché européen.

- Enseignement et culture, afin d’accroître les relations et les échanges entre l’UE et le Mexique. Ex : « Programme fonds culturel UE-Mexique II », mis en œuvre par le Fonds national pour la culture et les arts (CONACULTA).

Mais dans le cadre de la réforme en cours des instruments de coopération de l’Union européenne, la Commission européenne a proposé au Mexique, comme à une dizaine de pays d’Amérique latine à revenu intermédiaire, de nouvelles modalités de coopération bilatérale, qui ne passeront plus par l’ICD mais par un nouvel Instrument de Partenariat (IP) pour la période 2014/2020.

Dans le cadre de la coopération régionale (l’ICD régional est maintenu pour ces pays), le Mexique participe aux programmes suivants : Erasmus Mundus II (échanges universitaires et culturels), EUrocLIMA (changement climatique), ALFA (formation universitaire), AL-INVEST (soutien aux PME), @LIS (société de l’information), URB-AL (coordination des politiques urbaines), EUROsociAL (cohésion sociale), EURO-SOLAR (énergies renouvelables), COPOLAD (lutte contre la drogue) et RALCEA (coopération technique dans le domaine de l’eau).

Des coopérations sur des thèmes spécifiques font l’objet d’appels à proposition. Leurs actions sont mises en œuvre en général par la société civile. Les thèmes portent sur les droits de l’Homme et la démocratie ; l’environnement, notamment dans le cadre d’actions en faveur des communautés locales ; l’appui à la société civile.

3/ Le Mexique bénéficie de la Facilité d’investissement pour l’Amérique latine (LAIF) qui vise à encourager les investissements publics, notamment dans les domaines de l’énergie, l’environnement, et les transports. LAIF a été officiellement lancée au sommet de Madrid en mai 2010, et est dotée d’un montant total de 125 millions d’euros pour la période 2009-2013.

3/ Les relations commerciales

L’UE est le 3e partenaire commercial du Mexique et le Mexique est le 20e partenaire commercial de l’UE.

Le Mexique bénéficie actuellement d’un accès préférentiel au marché de l’UE au titre du schéma de préférences généralisées de l’UE (SPG). Ce système est cependant en cours de réforme, son périmètre va probablement évoluer.

L’accord de libre-échange UE/Mexique est inclus dans l’Accord global signé en 1997.

4/ L’agenda UE/Mexique

La fréquence et la qualité des visites officielles témoignent des bonnes relations qu’entretiennent l’UE et le Mexique aujourd’hui.

Lors de sa visite au Mexique en Février 2012, la Haute représentante, Madame Ashton, a rencontré le Président Calderon et la Ministre des affaires étrangères Espinosa pour échanger sur le rôle du Mexique au niveau multilatéral (changement climatique, présidence mexicaine du G20), sur la lutte contre le crime organisé et sur la situation au Proche-Orient.

En juin 2012, adossé au G20 de Los Cabos, s’est tenu le dernier sommet UE/Mexique.

L’année 2013, initiée par le Sommet UE/CELAC à Santiago où le Président Peña Nieto s’est rendu, sera riche en rencontres. Le Président du Parlement européen Martin Schulz a effectué une visite au Mexique en février. Plusieurs réunions de suivi de l’Accord global et du Partenariat stratégique sont également prévues cette année.

Dernière modification : 07/04/2014

Haut de page